HEIMAT / St Rémy de Provence - Exposition "Strates" de Mengpei Lui

6 avril – 18 mai 2019

Nous est-il encore possible de voir ce que nous regardons ou bien est ce que des siècles de représentations, qu’elles soient gravées, peintes ou numérisées, ont désormais saturé la vision ?  Chaque image aujourd’hui se confronte à la série exponentielle d’instantanés qui s’accumulent sur l’écran de notre imaginaire.

Les œuvres de Mengpei Liu posent ces questions tout en faisant écho à la tradition picturale et poétique chinoise, et plus particulièrement à la notion de qing-jing (« sentiment-paysage ») où comme l’écrit François Cheng1 «  le sentiment, toujours, se déploie comme un paysage et le paysage, mû par une poussée vitale, est doué véritablement de sentiment ». Scènes urbaines et visions de paysage se décomposent et se recomposent au fil des strates de couleurs. De l’apparente neutralité de la palette chromatique émergent ce vert impétueux, ce bleu acier, ces teintes telluriques qui structurent la toile.

Aplats, lignes, plans superposés se distinguent et se laissent découvrir par transparence. Le paysage apparaît parfois d’emblée, ou après le premier regard, puis il se dissout dans l’instant et révèle ce qui le composait. Les tableaux de Mengpei Liu semblent être statiques mais ce silence est trompeur. Elle introduit presque en ralenti le vent, la brume ou encore les ruissellements de la pluie. Imprégnés de ces mouvements discrets et puissants ses paysages subissent une constante transformation, sans bruit. Cette peinture est en mouvement ou, plus justement, la peinture de Mengpei Liu est mouvement.

 

Alexandra Chiari

 

1  François Cheng « L’écriture poétique chinoise », Points, Éditions du Seuil, 1996